Hauts mots !

Publié le par Etienne Roba

Histoire d'hauts mots

Accoudés au zinc d'un bar à gouines, deux homos s'en font une décente descente aux enfers, osant faire … et sans fonds un homo ça pille hein ! Ils boivent, baragouinent, ingurgitent, baratinent et reboivent encore à cœur en chœur jusqu'à ne plus savoir qu'ainsi soient-ils … ite missa est. L'un, blanc comme neige revenant du Népal et l'autre, nez grillé par le Râ, dieu égyptien, en ont marre, à bout tabou, et se prennent au mot, les deux hommes hauts, de se pendre au sérieux. Le premier au nez pâle serre yeux, mise, serre y corde à son cou tôt et, blême s'épand vert (tic allemand) mais le second au nez nu pharaon, de cela dépend à temps,  dit :"Tu suces, pendu dont le teint pend à l'oreille." Après quoi ces deux copains clopant se dirent qu'il fallut qu'ils sussent qu'on est toujours beaucoup aidé à deux.

Publié dans ces-nains-portent-quoi

Commenter cet article

MP 14/03/2006 09:28

Première réaction rapide, voilà ce que tes hauts mots me font immédiatement passer en tête : "tu me montreras où t'habites, je te montrerais où m'habite" C'est du Polnareff. 1989," y'a pas le sida, toi et moi, on y va... on s'capotera, toi et moi, et voilà" ... Même chanson. On a les références qu'on peut !Poéteusement