Autres contraintes sur "Annan" !

Publié le par Etienne Roba

Pour lire le texte au riz j'hinale de Hervé Le Tellier, rendez vous sur

,,allep ap u!assap al no ‘ueuue,, du 05/11/2006




"Ennen, ua li diston di poirri"  (voyelle +1)

Truos saffucentis juarniis di chemiea nuas unt cundaots dens le vellii d'Ennen, peys dis Vints Itirnils. L'eor tuajuars in muavimint cherroi dis ifflavis di disirt it di mir, it trenspurti ani foni puassoiri cualiar di ruaolli qao fonot per omprignir cheqai vitimint. Sun sofflimint lenconent ni s'erriti jemeos, ea puont d'ontirdori tuati cunvirsetoun dens le rai. Li Menail di le Rusi dis Seblis recunti qai so li vint diveot cissir an juar di suafflir, lis mars di tuatis lis vollis d'Ennen s'iffundrireoint.
In Ennen, ea juar di le primoiri plaoi di prontimps, l'infent qao ve evuor dox ens dens l'ennii tori ea heserd ani poirri d'ergint hurs d'an sec di tuoli. Sar citti poirri ist grevi sun divinor d'edalti. Li surt disogni easso boin sun fatar mitoir, l'odintoti di sun cumpegnun ua di se cumpegni, li numbri di sis infents qai le deti di se murt.
Cirteons distons sunt hiariax it duax, d'eatris d'ani iffreyenti beneloti, qailqais-ans infon tamaltaiax it senglents. Meos easso tirroblis suoint-ols, tuas lis cotuyins d'Ennen s'y cunfurmint e le littri, sens emirtami no rivulti.
Nuas evuns feot pert e nutri gaodi di nutri itunnimint.
Ol e suaro.
- Sabor li plas tregoqai dis distons n'ist roin, so l'un si seot onnucint di
sun prupri melhiar.

(Cotis di mimuori - Hirvi Li Tilloir - 2002 Birg Ontirnetounel)

~~~~

"Annan, ou le destin des Choses" (à la manière de G. Perec)

Trois suffocantes journées de chameau nous auraient conduits dans la vallée d'Annan, pays des Vents Éternels. L'air toujours en mouvement charrierait des effluves de désert et de mer, et transporterait une fine poussière couleur de rouille qui finirait par imprégner chaque vêtement. Son sifflement lancinant ne s'arrêterait jamais, au point d'interdire toute conversation dans la rue. Le Manuel de la Rose des Sables raconterait que si le vent devait cesser un jour de souffler, les murs de toutes les villes d'Annan s'effondreraient.
En Annan, au jour de la première pluie de printemps, l'enfant qui aurait
dix ans dans l'année tirerait au hasard une pierre d'argent hors d'un sac de toile. Sur cette pierre serait gravé son devenir d'adulte. Le sort désignerait aussi bien son futur métier, l'identité de son compagnon ou de sa compagne, le nombre de ses enfants que la date de sa mort. Certains destins seraient heureux et doux, d'autres d'une effrayante banalité, quelques-uns enfin tumultueux et sanglants. Mais aussi terribles seraient-ils, tous les citoyens d'Annan s'y conformeraient à la lettre, sans amertume ni révolte.
Nous aurions fait part à notre guide de notre étonnement. Il aurait souri.
- Subir le plus tragique des destins ne serait rien, si l'on se savait innocent de son propre malheur.

(Cités de Choses - Georgervé Le Pereclier)

~~~~

« Âne âne houle d’aise teint de pis erre »  (Ô mâge à Chaval !)

Tout roi sut faux quand Tej ou René dèche à mot nouson con doux ouï dans lave à lait d’âne âne, paix y hie d’Ève en z’éther n’elle. L’ère tout jourant moue vœu ment chat rit d’aise et flux vœux deux des airs aide mère, et t’ rend ce porc thune fit ne pousse hier coule heure d’air ouille kif y nid parrain prêt n’y est chat qu’Ève et te ment. Sont-ce y feu le ment lance y nan nœud sa raie Tej à mets, hop oint d’hein terre dire tout teck on verse à sillon d’en l’art hue. L’aime annuel d’eux l’art ose d’esse able rat compte qu’eux si l’Ève en deux vesses c’est c’est un jour deux sous feu lait, l’aime mûr dette out l’Ève vile d’âne âne ses fonds d’ raire est.

Han âne âne, auge our de lappe Rémy erre plus ide peu rein tant, lent faon kif haha voue art dise Ande en là net ire haut ase art eut n’épie air dard Jean horde un sac d’étoile. Sut recette pis erre et gras vesse onde veine ire Dad hulte. Laisse hors d’aise ignosse six billes hein son fut ure mais t’y es, l'ide hante y t’est d’esse son compas nions ou d’esse à con pagne, l’aine ombre d’esses aisant faons queue lad hâte de Sam hors. Cerf teints d’esse tinssent ont heurt eux aide ou, dos très du nez feu raie hante bas n’hâle ité, quelles queues z’un en feinte t’hume mule tue eux et sans glands. Mezzo cite Terry bleu soûl à tilt houle et six taux ayens d’à Nancy qu’on forme Allah l’être, sang z’amer tue menhir Ève holte.
Noue zav ont fée para note règue ide d’haine autre étau n’aime en. Y lasse ou rit.
- Sub ire le plûtes rat gît queue d’aide est-ce teint nez rit hein, cil once c’est inÔ Sand d’esse on pro preux mâle heurt.

(Six thés d’aime et mots art - Air Vêle Tel y est - 2002 Beurre gain terre nasse ion n’hâle)


~~~~


« Annan, l’ fatal à strass » (à la Gargas Parac, what a man !)

Tas d' bavants bras ahanant à caracal, m'hâta mal
dans val d'Annan, à casas frappant par gaz. C'gaz
partant tant casa mal fragranc's à lacs, à Sahara ;
cracha tachant tant cabans. Chambard agaçant
cala pas, tant à la casa chassa cancan dansant
la samba. L'Abc à Gland Sablant narra "gaz à plat
à Annan, casas cassant".
Dans mars à Annan, ça dracha. L'gnard ayant 1x10
ans dans l'an hasarda par gant, strass dans cabas.
Là à strass grava l'avant à grand gars : l'avant d'amants,
crash banal, l'avant ça à là ..., d'avants salants à sanglants.
Dans gnard d'Annan, ça ... là, sans lassant bas.
À Man, taxa "What a blablabla !" Man s' marra.

- Ayant gras tracas fatal va à gars gaga, sachant fracas à gars.

(Casas à b.a.-ba d'ana - Harva La Tallyar - 2002 Parc ...)


~~~~

Publié dans ces-nains-portent-quoi

Commenter cet article